20 févr. 2016

Ne Tirez Pas Sur L'oiseau Moqueur



En apprenant le décès d'Harper Lee ce matin, mon cœur fut soudain lourd et je me mit en tête de faire un article sur ce livre qui m'a tant marqué. Ce livre extraordinaire. Ce best seller. Je parle bien sûr de Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur   quel chef-d'oeuvre!
Ce livre est très important pour moi, pour des raisons que je ne saurais citer. J’espère que vous aurez l'occasion de le lire un jour.
Allez, assez de blabla.

Titre original: To kill a mockingbird
Auteur: Harper Lee
Date de parution : entre 1960 et 1989 (pour la traduction)
Editions: Editions De Fallois
434 pages

Synopsis (via: la fnac):
Scout, une fillette de 8 ans, raconte sa jeunesse et la ségrégation raciale dans l’Alabama des années 1930 où elle vit avec son frère aîné, Jem et son père, Atticus. Avocat, ce dernier est un jour commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Culte dès sa parution (peu avant l’adoption des lois interdisant la discrimination), l’unique roman d’Harper Lee reçut le Prix Pulitzer en 1961 et demeure un véritable outil pédagogique dans le monde entier.

Avis Personnel:
Que dire, et par ou commencer...? Bien que ça soit un de mes livres préférés, je dois me creuser les méninges pour me rappeler de tout ce que j'ai ressentit.
Je l'ai lu à l'âge de 14 ans et j'ai eue beaucoup de mal à le commencer, les 5 premières pages m'ont occupé pendant bien six jours,oui j'ai eue du mal à "entrer dans l'histoire", mais passé ces premières pages, ça a filé vraiment vite. Page par page je ne m'arrêtais pas même pour manger ou dormir. Je lis lentement mais beaucoup et ce livre m'a vraiment capturé. Je passais des nuits entières pour le finir parce que je ne pouvais pas arrêter. Je pense que vous avez tous déjà ressenti cette sensation, je me trompe ?
Pour parler du livre (parce que jusqu'ici j'ai beaucoup parlé de moi...), il aborde le thème de la ségrégation, entre autres, mais du point de vue de la petite scout, qui est un personnage vraiment attachant à mes yeux. Cette petite à une vision du monde tellement...Ah ! je ne trouve même pas les mots ! Elle est tellement peu ordinaire.
J'aime cette façon qu'a Harper Lee de nous parler de sujets vraiment grave.
J'aime les rebondissements et les mystères qu'elle intègre au long du livre.
J'aime cette férocité,
cette révolte contre l'injustice.
Chaque personnage à sa propre personnalité, sa raison d'exister.
Il y a des longueurs, certes, vous dire l'inverse serait mentir, mais ça ne m'a pas gêné plus que ça.
C'est un roman révoltant qui donne envie de crier "justice!".
Un récit qui n'a pas pris une ride.

Citations:
Ah quel choix difficile, si seulement j'étais en mesure de citer tout le livre.... Voilà mes citations favorites.

"Je voudrais que tu comprennes ce qu'est le vrai courage. C'est savoir que tu pars battu d'avance, et malgrè cela, agir quand même et tenir jusqu'au bout."
"Avant de vivre en paix avec les autres, je dois vivre en paix avec moi-même. La seule chose qui ne doive pas céder à la loi de la majorité est la conscience de l’individu."
"Jusqu'au jour où je craignis que cela me fut enlevé, je ne m'étais jamais rendu compte que j'aimais lire. Pense-t-on que l'on aime respirer ?"
"Tu es trop petite pour le comprendre, mais parfois, la Bible est plus dangereuse entre les mains d’un homme qu’une bouteille de whisky entre celles de… disons ton père."
"Atticus avait raison. Il avait dit un jour qu'on ne connaissait vraiment un homme que lorsqu'on se mettait dans sa peau."



Harper Lee, vous allez nous manquer, vous et votre perception affinée et aigue du monde.
Vous et votre manière d'écrire si agréable. Vous et votre discrétion.Vous.
Rest in peace.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire