22 avr. 2016

Le Joueur d'échecs



Titre original: Schachnovelle
Auteur: Stefan Zweig
Date de parution: 03/01/2001 (écrit au XXeme)
Collection: Le Livre de poche
Edtions: Livre de Poche
93 pages


Synopsis:

"Czentowic, champion d'échecs arrogant, esprit borné à outrance, inculte et étonnamment stupide, occupe le premier plan jusqu'à l'entrée en scène de Monsieur B.
Dès lors que cet aristocrate autrichien s'intéresse à la partie livrée entre le champion et les passagers amateurs, la direction du texte bascule.
Par un effet de symétrie, la narration se transforme en un face à face tendu entre un esprit brillant et rapide à l'intelligence abstraite et un cerveau au pragmatisme brutal, incapable de projection véritable. Mise en scène percutante de la résurrection de la folie, cette nouvelle oscille entre ouverture et enfermement.
Dans cette avancée implacable de la stupidité destructrice, allégorie de la victoire du nazisme mais aussi chef-d’œuvre de composition, Zweig s'intéresse peu à la survie du corps, préférant montrer les réactions de l'esprit, qui trouve un symbole parfait dans ce jeu éminemment intelligent mais désespérément stérile.
Publié en 1943, un an après le suicide de son auteur, Le Joueur d'échecs fait figure de testament dans l’œuvre de Zweig."


Avis personnel:

Voilà un bon bout de temps que je songeais à lire ce livre posthume, mais je n'avais jamais vraiment commencé.
C'est un livre vraiment intéressant au niveau de la folie de l'isolement et des échecs (le jeu).
C'est court donc ça va c'est vite lu et on s'ennuie pas,enfin pour ma part pas une seconde.
D'après ce que j'ai pu lire cet ouvrage est différent des autres du même auteur, il à commencé à le rédiger après avoir eu un manuel sur les échecs dans ses mains. Et je trouve le concept intéressant, comme quoi l'inspiration peut venir de partout et à n'importe quel moment.
Concernant l'histoire, c'est assez simple à comprendre, il n'y a pas beaucoup de personnages (mais les prénoms sont compliqués eux haha). Et cet ouvrage apporte une vision sur le fait que l'isolement imposé et l'éloignement de tout soit une torture vraiment dévastatrice, il y a une telle tension psychologique c'est fou!
Une chose à noter est aussi les différentes "visions", au début on nous présente un peu le narrateur, puis on nous parle de l'enfance et de l'évolution du champion d'échecs et puis pendant un moment on à un point de vue plutôt externe dans le sens ou on assiste à ce qu'il se passe et même si le narrateur nous influence, il n'y à pas tant d'infos émotionnelles que ça, puis on bascule à nouveau dans la vie d'un personnage et de sa souffrance sous la menace nazie. En gros, quand on nous présente un personnage qui se veut important, nous accédons peu après à son histoire et ce qui l'a formé, avec toutefois une certaine part de mystère.
Par rapport aux échecs, on voit le côté un peu enivrant du jeu et la folie dans laquelle on peut être emporté inconsciemment quand tout ce qu'il nous reste est un ouvrage (et on comprends aussi l'importance de la lecture et les ravages qu'ont du faire les autodafé initiées par les nazis et tout ) et la facilité à replonger dans un jeu dont les effets s'apparentent à une drogue.
Je pense vraiment que c'est une belle oeuvre qui vaut carrément le coup d'être lue, ça ne prend pas beaucoup de temps et c'est hyper captivant.
Je compte lire prochainement "Lettre d'une inconnue" du même auteur (si je le retrouve...), il à l'air pas mal aussi!

Citation:
"Mais n’est-ce pas déjà le limiter injurieusement que d’appeler les échecs un jeu ? N’est-ce pas aussi une science, un art, ou quelque chose qui, comme le cercueil de Mahomet entre ciel et terre, est suspendu entre l’un et l’autre, et qui réunit un nombre incroyable de contraires ? L’origine s’en perd dans la nuit des temps, et cependant il est toujours nouveau ; sa marche est mécanique, mais elle n’a de résultat que grâce à l’imagination ; il est étroitement limité dans un espace géométrique fixe, et pourtant ses combinaisons sont illimitées."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire