9 janv. 2017

La Douleur du Silence



Titre: La Douleur du Silence
Auteure: Marie-Béatrice Ledent
Format: kindle (ebook)
prix: 1.78 euros
243 pages


                                            SYNOPSIS:

A 13 ans, Martine Croin n'est qu'une jeune fille comme les autres. Contrainte de quitter sa ville et son passé pour le bien de la famille, elle s'apprête à découvrir sa nouvelle école. Devant le changement, elle se sent désarmée et s'enferme dans le silence. Mais ses nouveaux camarades de classe la considèrent comme une proie facile. Pour exorciser sa souffrance, Martine va se trouver un dangereux échappatoire...


Avis personnel:


Larmes bien séchées, je suis prête à rédiger cette chronique.
C'est un livre vraiment intense et émouvant qu'a écrit Marie-Béatrice Ledent.


Commençons par le commencement ! 
Au début, quand j'ai commencé ma lecture, je l'admet, j'avais du mal, je trouvais ça facile et prévisible, un peu trop gros et lourd, et puis petit à petit je me suis fait avoir et suis entrée dans l'histoire. Jusqu'à la fin j'ai cru quelque chose et finalement pas du tout. La fin est vraiment réussie à mon goût, elle va dans la continuité de l'oeuvre mais n'est pas ultra prévisible et bien amenée. Et surtout très juste et marquante, je crois que c'est le passage du livre que j'ai préféré, alors que vous le savez peut être, je suis souvent très déçue par les fins.

Pour ceux qui ont lu "Love letters to the dead" (que j'ai chroniqué il y a un petit bout de temps: ici ), j'avoue que ça m'y a beaucoup fait penser, mais ce n'étais pas une mauvaise chose, c'est la trame seule qui est la même, après les personnages semblent différents. Mais dès le début j'ai fais le lien et ça a eu un effet double, j'ai mieux suivie l'histoire MAIS j'ai fais des comparaisons tout du long et du coup ça a un peu altéré ma concentration.

 Je dois bien avouer qu'on s'attache à Martine et à certains autres personnages et qu'on voudrait que l'histoire continue encore un moment dans une atmosphère plus paisible.

Il y a beaucoup de malheur et de chagrin dans ce roman et du coup c'est très dur à lire quand on est assez sensible, ça vous arrache vite des larmes. C'est peut être trop larmoyant....Je ne sais pas vraiment...en fait j'ai trouvé ça bien manié mais il y avait beaucoup de coups durs et peu de joies, et j'admet que ça doit peindre vraiment bien la réalité de la chose, mais je crois que quand je lis j'ai besoin d'un peu de bonheur, de croire que tout n'est pas mauvais. 
Ce qui est assez remarquable c'est que les personnages évoluent vraiment aux yeux du lecteur, on peut en adorer un les premiers chapitres et d'un coup le détester les suivants parce qu'il s'est révélé à nos yeux et ça produit un effet vraiment intéressant.

La Douleur du Silence traite de la perte d'un être cher, du deuil, du harcèlement, dépression...

C'est important de lire de telles œuvres parce que quelque part ça ouvre notre vision du monde, c'est se dire que oui, ça arrive ce genre de choses, ces inhumanités arrivent et on s'en rend pas toujours compte. Et ça peut faire des ravages monstrueux. 
Si vous voulez avoir une lecture intense, chargée en émotion, qui vous ramène bien sur terre et sur les immondicités des humains qu'il faut qu'on arrive à supprimer, je vous conseille vivement cette lecture. Les enfants/ pré-adolescents devraient vraiment être au courant de ce genre de situations, pour ne pas qu'ils en soient les acteurs. Chapeau à Marie-Béatrice Ledent pour avoir osé aborder un sujet autant d'actualité avec justesse.





Une citation qui illustre vraiment le roman pour la fin:

« Le silence est votre ennemi. Dites toujours ce que vous ressentez, les autres n’ont toujours pas conscience de la portée de leurs paroles ou de leurs actes. »

+ je me permet de rajouter une petite phrase que l'auteure m'a dite et qui m'a beaucoup marquée:

"Nous sommes tous responsables des autres quelque part, dans une certaine limite bien sûr."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire