13 févr. 2017

Eugénie Grandet




Titre: Eugénie Grandet
Auteur: Honoré de Balzac
Date de parution: 1833
271 pages
Editions: Editions de l'érable


RÉSUME:

Dans la ville de Saumur, vit modestement la famille Grandet : le père, ex-tonnelier devenu richissime après de fructueuses spéculations, son épouse, sa fille, Eugénie et Nanon la servante. Ces trois femmes vivent sous la terrible coupe du chef de famille, avaricieux maladif. Dans la ville, les beaux partis se disputent l'hypothétique main d'Eugénie dans l'espoir d'épouser la fortune. Mais un événement imprévu va venir bouleverser cet ordonnancement : le cousin d'Eugénie, un dandy parisien, fils du frère du père Grandet, débarque un soir, porteur d'une missive pour son oncle. Sans le savoir, il apporte la nouvelle du suicide de son père ruiné, demandant à son frère de s'occuper de son fils pour l'aider à partir faire fortune aux Indes. L'avaricieux vieillard va se heurter à la candeur et à la générosité d'Eugénie.


Avis:

On parle classique aujourd'hui ! En effet si je reviens c'est pour vous parler d'Eugénie Grandet.
Ce fut mon premier Balzac et j'ai été très agréablement surprise. Je ne sais pas si vous l'avez remarqué mais j'ai lu plus de classiques américains que français alors j'ai tenté de m'y mettre.
Pauline de la chaîne youtube Pinupapple and Books m'a conseillé celui ci pour commencer.Elle a très bien fait. J'ai beaucoup apprécié cette lecture, voici pourquoi:
La lecture et l'histoire sont très simples. En effet je reconnais que j'avais quelques appréhensions quant à la langue, parce que je ne lis pas vite et le fait que ce soit écrit en vieux français me faisait peur (bien que j'ai déjà lu d'autres classiques). Mais malgré quelques mots qu'il m'a fallu chercher dans le dictionnaire, la lecture a été très fluide et ce fut une découverte surprenante.
L'histoire est simple et donc pas très difficile à suivre,
Parlons un peu des personnages, mais principalement d'Eugénie. Au début elle m'a beaucoup énervée, sa façon de s'effacer, ses remarques un peu stupides, mais elle grandit d'un coup et s'affirme, elle et ses choix, elle prends des initiatives et bien que ce soit porté sur des coups de tête, elle se transforme vraiment en quelqu'un d'accompli. Je ne sais pas si c'est la symbolique même mais le nom de famille: Grandet, fait penser à Grandis et je ne pense pas que ce soit du pur hasard car l'onomastique (étude des noms) était très rependue à l'époque et les grands écrivains en utilisaient beaucoup. Donc je pense que le lien est réel. Le père est le personnage le plus détestable de tous, il est tellement avare ! C'est limite comique parfois tellement c'est poussé. Il n'y a pas beaucoup de choses à dire sur la mère, elle est discrète et protège sa fille coûte que coûte au détriment de sa santé. Et il y a Nanon, aaaah Nanon, c'est un personnage secondaire et pourtant elle a une importance capitale dans l'histoire, c'est une femme un peu atypique et robuste, c'est bien qu'il y ait un tel personnage pour dévier l'action et le centre d'intérêt. Bon après je ne vais pas vous décrire tous les personnages, mais quand le cousin parisien arrive et perturbe toutes les habitudes de la famille, le roman prend une nouvelle tournure.

Je trouve que c'est le roman parfait pour commencer Balzac, on entends souvent parler du Père Goriot mais et même si c'est, je pense, l'oeuvre de Balzac la plus connue de nos jours, d'autres valent vraiment la peine et celle la en fait partie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire